REUNION DU COLLECTIF LE 7 AVRIL 2016

20 personnes présentes – 22 excusées

Le début de la réunion est consacré au compte-rendu de la rencontre avec la Mairie d’Argenton représentée par Colette Fernique maire-adjointe datée du 30 mars. Le collectif y était représenté par Marie-Hélène Liger, Ludovic Duris, Pierre Morizet et Catherine Raverdy.

Colette Fernique nous fait le compte-rendu de la réunion du 21 mars à la Préfecture menée par Nathalie Valleix, secrétaire générale de la Préfecture, assistée d’Anne Dufour et d’Any Pietri.
Etaient conviées les communes ayant répondu favorablement à la demande du Préfet de l’Indre concernant l’hébergement de réfugiés. Les communes représentées étaient Argenton, Châteauroux, Cuzion, La Châtre, St Plantaire et Vatan.

La réunion a été initiée par la Préfecture à la suite d’un article paru dans la Gazette des communes : « Les communes s’impatientent ». Selon les représentants de la Préfecture, l’arrivée de réfugiés dans l’Indre a en effet été freinée par le contexte géopolitique : les attentats de Paris, les évènements de Cologne etc. Mais l’engagement initial de la France (accueillir un peu plus de 30 700 réfugiés sur deux ans) est maintenu. Il s’agit toujours et uniquement de Syriens, Irakiens et Erythréens ayant obtenu le statut de réfugiés.

Dans ce cadre des arrivées dans l’Indre pourraient avoir lieu en avril, mai ou juin.

Cet accueil s’organisera conformément à la Circulaire du Ministère de l’Intérieur datée du 9 novembre 2015 relative à la mise en oeuvre du programme européen de relocalisation.
http://www.impatriation-au-quotidien.com/images/10-textes-de-lois/circulaires/2015/circu_2015-11-09_NORINTV1524992_programme-europeen-de-relocalisation.pdf (ou taper intv1524992).

Les réfugiés auront droit à un accompagnement social qui permettra l’ouverture des droits sociaux, les inscriptions scolaires, le suivi sanitaire, l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi.
L’ensemble de ce dispositif ne pourra être confié qu’à une association bénéficiant d’une expérience reconnue dans l’accompagnement de ces publics. Cette dernière recevra par personne (y compris les enfants) et par an 1830€ (soit 1500€ pour l’accompagnement global + 330€ pour l’aide à l’installation). Les familles seront hébergées dans les logements inscrits par les mairies à l’inventaire national mis en place par le Ministère de l’Intérieur. Ces derniers seront mis à disposition par les municipalités qui pourront à terme récupérer les loyers sur cette allocation. A Argenton, les formulaires correspondant à deux logements ont ainsi été envoyés.

Les missions qui sont attribuées à cette association sont définies avec précision (voir extrait de la circulaire ci-dessous). La question est de savoir quelle association dans l’Indre sera reconnue apte par la Préfecture à remplir ces fonctions d’accompagnement auprès de réfugiés. Faudra-t-il en fédérer plusieurs qui seront chapeautées par
le coordonnateur départemental ?

Après ce compte-rendu, un échange a lieu.
C’est donc à cette association que le collectif Accueil du coeur 36 pourra proposer son concours.
Colette Fernique nous fournit d’autres précisions :
Chaque réfugié aura un entretien avec une personne de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) pour évaluer sa situation. Il devra participer à deux jours d’insertion civique et signer un contrat d’accueil et d’intégration (CAI) qui prévoit une formation en Français Langue d’Intégration (FLI).En ce qui concerne la scolarisation des enfants, ils suivront le parcours des primo-arrivants :
→ En maternelle, ils seront à plein temps en classe avec les autres élèves. → En élémentaire, ils seront pris en charge quelques heures par semaine par deux Professeurs des écoles rattachés à l’Inspection académique et spécialisés dans cet accueil et passeront le reste du temps avec leurs camarades de classe.
Pour terminer, Colette Fernique évoque le rôle que peut jouer le Collectif « Accueil du coeur 36 » pour préparer ces arrivées, sensibiliser la population et, dans le cadre de ce dispositif ministériel, apporter son concours en terme d’humanité et de convivialité à l’association qui sera désignée.

cr-7avril16

La réunion se poursuit par un échange où certains expriment leur déception de ne voir personne arriver alors que ce que donnent à voir les médias n’est guère réjouissant. D’autres manifestent leur satisfaction de voir le Collectif exister, être en état de « vigilance active » et prêt à se mobiliser dès que l’occasion se présentera.
Un membre propose aussi qu’on invite les réfugiés qui sont arrivés à Châteauroux pour un moment d’échange et de convivialité.
Est évoquée l’importance de faire savoir que beaucoup de gens dans ce pays souhaitent accueillir décemment des personnes fuyant les guerres. L’association Singa qui avait lancé le projet CALM (Comme A La Maison) a ainsi reçu plus de 7000 propositions d’hébergements chez des particuliers et d’autres collectifs comme le nôtre se sont formés spontanément un peu partout.
Même si l’Etat ne souhaite pas que les réfugiés soient hébergés chez des particuliers, il reconnaît que dans certains cas ce type d’accueil temporaire (quelques semaines maximum) a pu servir de sas entre le CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) et un hébergement autonome.
Le collectif attend maintenant la réponse de la Préfecture précisant l’association qui sera choisie et à laquelle notre collectif pourra proposer son concours.
En attendant le groupe décide de contacter la presse écrite et les radios pour donner un écho à cette réunion et faire mieux connaître notre existence.
Par contre, la sensibilisation de la population (stand au marché par ex) semble prématurée : il sera important de s’y mettre dès l’annonce d’arrivées.
La réunion se termine à 20H 30 sur un verre (de vin ou de jus de fruits).

 

Pin It on Pinterest

Share This