Accueil-du-Coeur36
Collectif pour l’accueil de réfugiés sur Argenton et ses environs
Réunion salle Lothaire Kubel – Argenton/Creuse
Lundi 14 décembre 2015 à 19h00

Une vingtaine de personnes.
Des membres excusés

Un des membres du Collectif ouvre la séance en posant la question : quel sens donner à notre collectif tant qu’aucun réfugié n’arrive sur Argenton ?

Selon elle, le Collectif s’est fait connaitre, a rencontré plusieurs fois la Municipalité, a visité des locaux disponibles pour accueillir des réfugiés, a été à une réunion à la Préfecture, a créé un groupe de pilotage. On sait ce que chaque membre du collectif peut apporter grâce aux formulaires collectés, on a créé un site et une page Facebook, on a présenté notre collectif par un texte qu’on a traduit en anglais et en arabe, on a été une dizaine à bénéficier d’un stage de Français Langue Etrangère. Que peut-on faire de plus si ce n’est nous rencontrer et partager un moment ensemble pour rester mobilisés et maintenir le lien entre nous ?
On n’a aucune information, aucune réponse concernant l’accueil de réfugiés ni sur le plan national ni en ce qui concerne notre région ou quasiment pas. La commune de Buzançais qui a dit ne pas vouloir accueillir une cinquantaine de migrants dans les locaux de l’ancienne gendarmerie : problème du nombre de migrants ? problème d’insalubrité des locaux ? Il semblerait que la concentration des personnes ne soit pas un choix judicieux sachant que beaucoup de choses séparent les réfugiés et sont parfois causes de conflits entre eux. Des familles seraient arrivées à Châteauroux. Pourquoi pas à Argenton ? Des « Calaisiens » auraient été déplacés sur Bourges.
Un membre de l’assemblée pense que la priorité du gouvernement est effectivement de décongestionner Calais. Mais le problème est que la majorité de ces migrants veulent passer en Angleterre où ils ont parfois de la famille et qu’une fois déplacés, beaucoup reviennent à Calais. Une autre question est posée : est-ce que le dialogue passe forcément entre les migrants et le Ministère de l’Intérieur ?  Qui fait le lien entre eux : la mairie de Calais ou des services de l’Etat ? Il suggère d’écrire directement au maire de Calais pour faire part de l’existence de notre collectif.
Selon une autre participante,  les associations qui se rendent sur la « jungle » où se massent les migrants y vont de moins en moins à cause des violences  et du danger. Accueillir des sans-papiers sur Argenton pose la question de la gestion de ces personnes qui n’ont pas le statut de  réfugiés ou de demandeurs d’asile et sont à la recherche d’un emploi.
Deux membres se demandent si, en amont de l’arrivée des migrants (27000 attendus), une vraie réflexion a été engagée et un dispositif mis en place pour les accueillir sur notre territoire. Selon lui,  plus les migrants restent dans une situation précaire, plus ils se fragilisent psychologiquement et plus certains d’entre eux risquent d’entrer dans la radicalisation.
Dans l’assemblée beaucoup pensent que les attentats ont généré une lenteur administrative et politique à cause – entre autres – de très sérieux contrôles faits avant leur admission sur le territoire.  Au sein même du Collectif,  les courriers destinés aux différentes instances politiques n’ont pas été envoyés car tout le monde a été assommé par les évènements de Paris.
Par contre il semble de nouveau essentiel d’envoyer un courrier aux deux députés, aux sénateurs, aux maires de la CDC, aux présidents des conseils (départemental et régional), au Préfet de l’Indre et à celui de la Région, au Ministère de l’Intérieur.
On sait que les Syriens peuvent avoir le statut de réfugiés rapidement, même avant de venir sur notre commune. Les logements proposés à Argenton par la Mairie sont deux appartements ainsi que ceux des « familles d’accueil » du collectif.

L’auberge de Maître Jean est inhabitée depuis le départ de Solidarité Accueil il y a quelques années. Il y a des réparations à faire. Qui paie ? Une visite a été faite en compagnie d’un membre du Conseil Municipal d’ Argenton et de la société Scalis qui en est propriétaire. Cette structure pourrait accueillir un couple seul, un ou deux célibataires, plus un couple avec un ou deux enfants. Scalis est intéressé par les loyers mais seule la municipalité ou une association peut prendre en charge le règlement de ces loyers.
L’accueil de familles sur St Marcel, Le Pêchereau ou St Gaultier est à nouveau évoqué. Mais cela pose un problème de transport.
Une autre question est soulevée : notre collectif peut-il se mobiliser pour une autre cause ?
Une personne propose de se consacrer à  l’alphabétisation mais la majorité des membres pense que des organismes existent déjà et qu’on ne doit pas se substituer à eux. Pour la majorité d’entre nous l’existence de notre collectif est une réponse à une urgence nationale concernant une arrivée massive de personnes fuyant la guerre. C’est la mission que nous nous sommes fixée et nous n’en changerons pas.
Un participant souligne l’importance de ce rassemblement autour de valeurs humanistes qui lui font chaud au cœur.
Un membre clôt la séance en disant que nous avons créé un collectif pour accueillir des réfugiés, que plein de gens se sont mobilisés et sont prêts à aider ou à accueillir, qu’on constate qu’il n’y a pas de migrants prévus sur Argenton pour le moment mais qu’on est prêts si cela devait arriver. Il parle de « grande aventure humaine chaleureuse » et qu’en ce sens notre projet est déjà une réussite.

La réunion se termine par un pot  à 20h.

Pin It on Pinterest

Share This